Magadan or Megadeath?

Last time in Severobaikal, we were facing a short but steep climb up the cliff. It was touch and go but we went. But it was not free.

La dernière fois à Severobaikal, nous faisions face à une montée courte mais raide jusqu’à la falaise. Il C’était une situation délicate mais nous y sommes arrivés. Mais ce n’était pas sans conséquences.

We spent the rest of the day on the lookout and enjoyed our evening in the pine trees. The next day we headed back towards Ust-Kut camping between the railway and a river 200km short of our destination. The next morning we trundled off with the road a mix of bad gravel and bad tarmac, we made it. But…

Nous avons passé le reste de la journée sur le belvédère et avons apprécié notre soirée au milieu des pins. Le lendemain, nous avons repris la direction de Ust- Kut et avons campé entre le chemin de fer et la rivière à 200 km de notre destination. Le lendemain matin, nous sommes repartis doucement avec sur la route un mélange de mauvaise route de gravier et de mauvaise route bitumée, mais nous y sommes parvenus. Sauf que…

Pulling into Ust-kut I noticed that we had no engine power. In fact, we were short the turbo effect. Whether this problem manifested earlier it was hard to tell since we could only manage 30kph and there were no dash ding-a-ling-ding or warning flashing. All probably related to our monster climb event.  We limped into Ust-Kut with yet another decision to make: 1) make a run for it to Irkusk to fix the problem (a freeking LONG way) or to 2) keep going FARTHER. We ping-ponged around town until we found a fellow willing to drag us to the Barge terminal where we found out that the Barge was leaving in the morning. What Luck, as our info has it that could take up to a week to catch the boat. We rushed into town, filled the tank, the fridge and the cupboards, loaded water onboard ready for the 3 day ‘cruise’ up the Lena River.

Arrivés à Oust- Kout, j’ai remarqué que nous n’avions pas de puissance du moteur. En fait, nous étions à court de turbo. C’était difficile de savoir si le problème avait commencé avant puisque nous ne pouvions dépasser les 30km/h et il n’y avait ni avertissement sonore ni clignotant sur le tableau de bord. Sans doute lié à l’escalade de la falaise. Nous avons boitillé dans Oust-Kout avec encore une autre décision à prendre: 1) retourner à Irkusk pour résoudre le problème (un foutu long chemin) ou 2) continuer à avancer. Nous avons été ballottés autour de la ville jusqu’à ce que quelqu’un accepte de nous escorter au terminal de la barge où nous avons découvert que la barge partait le lendemain matin. Quelle chance pour nous qui avions lu que ça pouvait prendre jusqu’à une semaine pour prendre le bateau. Nous nous sommes précipités en ville, avons fait le plein d’essence, rempli le frigo, les placards et le réservoir d’eau. Nous étions prêts pour les 3 jours de «croisière» sur la rivière Lena.

Turns out the free wifi we scavenged in the ‘secure parking’ confirmed to us that the costs for this trip was not cheap (too little too late). Camping 4500 Rb, Toilet service on the boat 1000 Rb/person and 6000Rb/meter cargo costs. We had no idea going into this venture so the price came as a shock. But we ponied up since we will never-ever be coming back this way again. Ever.

Grace au wifi gratuit du « parking sécurisé » nous avons la confirmation du coût de ce voyage n’est pas donné (trop tard). Camping 4500 Rb, utilisation des toilettes sur le bateau 1000 Rb / personne et 6000Rb par mètre pour le véhicule. Nous n’en n’avions aucune idée en entreprenant cette aventure de sorte que le prix a été un choc. Mais nous l’avons accepté puisque nous n’allons jamais revenir de cette façon. Jamais.

Head-On collision with truckers with vodka!

Choc frontal avec des camionneurs et une bouteille de vodka !

There was only one shocking incident of vodka overdose that I cannot remember so it didn’t happen. I was kindly escorted to the van by a bevy of besmirched truckers where I slept badly for the next two days suffering moments of vertigo. Good thing the toilets and shower were nice.

Il y avait un seul incident choquant d’une surdose avec de la vodka que je (Chris) ne me souvienne pas ainsi ça n’a pas dû avoir lieu… Je fus aimablement escorté jusqu’à la camionnette par une foule de camionneurs saouls où j’ai mal dormis pendant les deux prochains jours souffrant par moment de vertige. Heureusement que les toilettes et les douches étaient propres.

So 3 days turned out to be 3 nights and 4 full days. We arrived in Lensk at 2100 hrs as the sun was setting and by the time we disembarked at 2300hrs we followed the truckers to the nearby parking for the night. The next morning we were off to Mirny, limping but not really noticeable.

Voilà que les 3 jours prévus ce sont avérés être 3 nuits et 4 jours complets. Nous sommes arrivés à Lensk à 21 heures alors que le soleil se couchait et le temps que nous débarquions il était 23h. Nous avons suivi les camionneurs au parking à coté pour la nuit. Le lendemain matin, nous étions en route pour Mirny, en boitant, mais ce n’était pas vraiment perceptible.

We arrived to the outskirts of Mirny to suffer our first rock-chip in the windshield. So Mirny for us was the big pit diamond mine, fixing the rock chip and loading on supplies for the next onslaught – the Vilyuysky Trackt that should spit us out at Yakutsk.

C’est en arrivant dans la périphérie de Mirny que nous avons eu notre premier éclat dans le pare-brise. Donc Mirny pour nous a été la grande mine de diamant, la réparation du pare-brise et faire le plein de provisions pour la prochaine phase, le chemin Vilyuysky qui devrait nous emmener à Yakutsk.

By the by, in Mirny I met a guy who just arrived from Novosibirsk with his NEW Renault Duster having driven around Irkutsk-Chita-Yakutsk-Mirny in 3 days nonstop. Also fixing his windshield on his car showing only 6000km. Hellova thing to do to a new car.

Au fait, à Mirny j’ai rencontré un homme qui venait d’arriver de Novossibirsk avec sa nouvelle Renault Duster après avoir conduit Irkoutsk-Chita-Yakoutsk-Mirny en 3 jours sans escale. Fixant également le pare-brise de sa nouvelle voiture montrant seulement 6000 km. Etrange façon de traiter une toute nouvelle voiture.

A word about Russians and their fabled hospitality. I confirm it is all true. For example, while getting my windscreen fixed, I asked the guy where I could find some Loctite – I had used the last of mine refastening all the van cupboards and gluing all the bolts in place. The guy, rather than to try to explain, made me sit down and out he rushed; returning back with not one, but TWO packages. ‘Present’ he said in the only English word I heard out of his mouth all day. Must have cost him more that I paid to fix my windshield. Furthermore, we have never been misquoted on prices, received gifts of (very high quality) honey and an excess of vodka. People have been rather nice. The one thing that makes it all goofy is that when I say I don’t speak Russian, they talk to me all the same, maybe even more. Whatev, we nod and blink and Da Da Da…

Un mot sur les Russes et leur hospitalité légendaire. Je confirme que tout cela est vrai. Par exemple, au moment de la réparation du pare-brise, j’ai demandé où je pouvais trouver du Loctite (sorte de colle) – j’avais utilisé ce qui me restait pour renforcer toutes les armoires de la fourgonnette et coller tous les boulons. Le gars, plutôt que d’essayer d’expliquer, me fit m’asseoir et il se précipita dans sa voiture; en revenant avec non pas un, mais deux tubes, il me les a donnés en me disant «Present» (cadeau) dans le seul mot d’anglais que j’ai entendu de sa bouche de toute la journée. Ça a dû lui coûter plus que ce que j’ai payé pour réparer mon pare-brise. Par ailleurs, personne n’a jamais tenté de nous escroquer sur les prix, nous avons reçu des cadeaux de (très haute qualité) du miel et un excès de vodka. Les gens ont été plutôt agréables. Ce qui est étonnant c’est que lorsque je dis que je ne parle pas russe, ils me parlent tout de même, peut-être même plus. Peu importe, nous faisons un hochement de tête et répondons Da Da Da

The 1200 km – and 5 barges across the Viljuj River – between Mirny and Yakutsk started off rather nice. Lost in the Siberian forest, a super smooth sandy track making 80kph with us tripping over the road grader teams (towing their camper) making the road better than most of the paved roads we have suffered in Russia so far. As we approached Yakutsk, so accumulated the number of vehicles we saw. The odd bus was mingled in with the collection of mini-buses and private cars (mostly Toyota Camrys and 4×4 Prados with the odd beater Lada) plying the route. The more the traffic mounted, the worse the roads became with the washboard slowing our speed to 25kph and making my head ring with the rattling inside the van. With 500kms left to Yakutsk we started hitting patches of paved roads stuck in the middle of frickin’ nowhere. More and more sections were being tilled for paving meaning we were axle deep in mud following the bulldozers. The Vilyuysky Trackt was being paved and in a hurry. Well…all things being relative. Already it has diverged significantly from our GPS track (for what that is worth).

Les 1200 km – et 5 traversés en barge sur le fleuve Viljuj – entre Mirny et Yakutsk commencèrent plutôt bien. Perdus dans la forêt sibérienne, une piste lisse et sablonneuse nous permet de rouler à 80 km et de doubler les niveleuses, faisant de cette route meilleure que la plupart des routes pavées que nous avons subies en Russie jusqu’ici. Plus nous nous approchions de Yakoutsk, plus nous croisions de véhicules. Le bus occasionnels se mêlait avec la collection de minibus et des voitures privées (principalement des Toyota Camry et 4×4 Prado avec les vielles Lada pourries) sillonnent la route. Plus le trafic augmente, plus les routes sont deviennent de la tôle ondulée nous faisant ralentir notre vitesse à 25km/h et secouer nos têtes avec les cliquetis à l’intérieur du van. A partir des 500 km restant jusqu’à Yakoutsk nous avons commencé à rouler sur des tronçons de routes pavées coincés au beau milieu de nulle part. De plus en plus de sections ont été labourés pour le pavage, nous étions alors profondément dans la boue en suivant les bulldozers. Le chemin Vilyuysky était en train d’être pavée. Eh bien … toutes choses sont relatives. Déjà, il a divergé de façon significative par rapport à notre piste de GPS (pour ce que ça vaut).

It took us until mid-day on the 4 day to make it to Yatkusk from Lensk. Here we had to decide again – cut and run to Irkoutsk or bull on to Magadan. You see, we are NOT coming back here ever again, so bull on we did – the motor seems to run very well. We are only in a race with my patience and a washboard road beat-up!

Il nous a fallu jusqu’à midi du quatrième jour pour nous rendre à Yakoutsk depuis Lensk. Ici, nous devions décider de nouveau : couper et courir à Irkoutsk ou foncer à Magadan. Vous voyez, nous n’allons jamais revenir ici, donc nous avons décidé de foncer. Le moteur semble fonctionner très bien. Nous sommes seulement dans une course avec ma patience et secoués par une route en tôle ondulée!

Road of Bones: High adventure or just a long drive?

La route des os: aventure ou juste une longue route?

The Kolyma Highway is also known as the Road of Bones, as the skeletons of the forced laborers who died during its construction were used in much of its foundations.[1][2] Locally, the road is known as Trassa (Russian: Трасса – « The Route »), or Kolymskaya trassa (Russian: Колымская трасса – « The Kolyma Route »), since it is the only road in the area and therefore needs no special name to distinguish it from other roads.

La route Kolyma est aussi connue comme la route des os puisque les squelettes des ouvriers forces qui sont morts pendant sa construction ont ete utilises dans les fondations. Locallement la route est connue comme  Trassa (Russe: Трасса – « La Route »), ou Kolymskaya trassa (Russe: Колымская трасса – « La route Kolyma »), puisque c’est la seule route dans la region et donc n’a pas besoin de nom special pour la distinguer des autres routes.

It has been a long time since Charley and Ewan tried (and failed) to motorcycle the Road of Bones. Maybe because of their film (and by consequence advertising) the RoB is now a very good gravel road. It has been rerouted and there are traces of the old route and carcasses of old timber bridges and it now measures around 2013km if you believe the markers – my GPS is completely lost. Fuel can be found almost ever 200-300km. Even the entrance to the Old Summer Road (OSR) looks brand new, with a spiffy new bridge. It is not Forest Service Road standard, but there are many long stretches now where 80kph is possible and are smoother than many of the paved roads since Moscow. Construction is under way and we found a couple of really nicely paved sections just plunked in the middle of nowhere. NO town, nothing. Be that as it may, we MADE IT, Limping into Magadan. In a camping car; in style and luxury. Summary: 1 rock chip, 3 flat tires and one motor in Limp mode.

Cela fait un moment Charley et Ewan ont tenté (et échoué) la route des os en moto. C’est peut-être grâce à leur film (et par conséquent la publicité) que la route des os est maintenant une très bonne route de gravier. La route a été redirigée mais il reste des traces de l’ancienne route et des carcasses de vieux ponts en bois; la route mesure maintenant autour de 2013 km si vous en croyez les bornes – mon GPS est complètement perdu. Le carburant est disponible presque tous les 200-300km. Même l’entrée de l’ancienne route d’été a l’air flambant neuf, avec un nouveau pont stylé. La route des os n’est pas construite selon les standards Service des forêts, mais il y a maintenant beaucoup de longs tronçons où 80 km/h est possible et qui sont plus lisses que la plupart des routes pavées depuis Moscou. La construction est en cours et nous avons conduit sur deux ou trois sections très agréablement pavées au milieu de nulle part. Quoi qu’il en soit, nous l’avons fait, en boitant dans Magadan. Dans un camping-car ; avec style et dans le luxe. Résumé: 1 éclat de roche dans le pare-brise, 3 crevaisons et un moteur en mode dégradé.

Thumb to nose to all those who claim high adventure. It is just a frickin’ long rough drive. I’d rather be on the Kispiox FSR. Or Highway 16 to Prince Rupert is just as nice.

Les doigts dans le nez pour ceux qui clament une grande aventure! C’est juste une foutue longue route. J’aimerais autant la route 16 jusqu’a Prince Rupert ou Kispiox au Canada.

As usual the first 150 kms were the worst of the trip; just to get you well and truly committed. We travelled that first day through aboriginal towns sporting Gengis Khan Statues riding various different animals and clearly the rodeo ground is the most important feature of the town. As we pushed into the Siberian taiga we lost the aboriginal influence and found more of the petroleum, forestry and construction expat population. Expat being a title rather than a reality since possibly half of the people now living in the region are ex-gulag residents that never went home.

Comme d’habitude les 150 premiers kms étaient les pires du voyage. Nous avons conduit cette première journée à travers les villes autochtones arborant des Statues Gengis Khan chevauchant divers animaux et clairement le terrain de rodéo est la caractéristique la plus importante de la ville. En avançant dans la taïga sibérienne, nous avons perdu l’influence autochtone et avons découvert plus de pétrole, de foret et la population de constructeurs expatriés. Expat étant un titre plutôt qu’une réalité puisque probablement la moitié des personnes vivant actuellement dans la région sont des descendants des prisonniers des goulags ou des personnes délocalisées au moment de l’union soviétique qui ne sont jamais rentrés chez eux.

On the way we stopped at the abandoned village of Kadykchan. It’s like the whole village up and quit just before the ’88 Olympics except they didn’t according to Wikipedia until 1996. I poked around some of the apartments and found some interesting artifacts. Mostly that most of the apartments had forest murals in the living room. A sign that winter is long and harsh maybe. Other wall art included collections included cigarette package collections or cut-outs of sexy models including images of X-Files. I saw Shoes, handbags, underwear, even coats still hanging on hooks. I also found a stack of mail dated August 2012 so someone is still delivering.

Sur le chemin nous nous sommes arrêtés dans la ville fantôme de Kadykchan. C’est comme si tout le village avait fui juste avant les Jeux olympiques de 88 sauf que ce n’est pas le cas selon Wikipédia. J’ai exploré certains des appartements et trouvé quelques objets intéressants. Surtout que dans la plupart des appartements avaient des peintures murales de forêt dans le salon. Peut-être un signe que l’hiver est long et rigoureux. J’ai aussi vu des collections de paquets de cigarettes ou des découpes de mannequins sexy, et des images de X -Files. Il y avait chaussures, sacs à main , sous-vêtements , même des vestes toujours suspendues à des crochets . J’ai aussi trouvé une pile de courrier daté de Août 2012, donc quelqu’un était encore là.

Editorial: In fact one of the things that is a problem is the landscape scarring as a result of building the road. Rivers have been mined for gravel completely changing the riverbed and channel, mountains have been mined. Long stretches along the highway is one long gravel quarry. It is a bit of a shame to have the viewscape affected in such a way. Then there are the scattered abandoned or semi-abandoned villages. Huge concrete apartment blocks are skeletoned, windows gaping. Who made the apartments and how was the plan? I traveled through Sususman or Ust-Nera which are thriving petroleum and construction towns that have the look and feel of the now defunct Kadychan. Clearly there must be a ‘spec’ for these northern Siberian communities, but I just don’t get it. For those wishing to make money, there is gold in collecting abandoned steel. So many piles, so many pieces of abandoned metalwork just scatter the landscape.

Editorial : En fait, un des problèmes est la cicatrice du paysage du a la construction de la route. Les rivières ont été exploitées pour le gravier ce qui a changé complètement le lit de la rivière, les montagnes ont été creusées. De longues étendues le long de la route sont devenues une longue carrière de gravier. C’est dommage De voir le paysage affecté d’une telle manière. Puis il y a les villages dispersés abandonnés ou semi- abandonnés. D’énormes blocs de béton sont des squelettes d’appartement, fenêtres béantes. Qui a construit ces appartements et quel était le plan? Je naviguais à travers Sususman ou Ust- Nera qui sont des villes en plein essor grâce au pétrole et à la construction qui ont la même apparence que Kadykchan la ville fantôme. Il est clair qu’il doit y avoir un «cahier des charges» pour ces communautés du Nord de la Sibérie, mais je ne la comprends pas. Pour ceux qui souhaitent faire de l’argent, il y aurait la collecte de l’acier abandonné. Un amas de pièces de ferronnerie abandonné est dispersé dans le paysage.

We hung around Magadan just long enough to refill the water tank, the fuel tank and the fridge (not cheap by the way). We are running out of time on our visa and we need to track back all the way to Irkutsk so that we can get the car serviced again. The pair of balding BFG-AT on the rear got replaced with brand new lunkers and one of the baldies got onto the spare rim. Funny thing about used cars, slowly you uncover little details of leftover issues from past owners. Turns out the spare rim is cracked and won’t hold air. We were able to find a welder to clean up the problem but jeez…what did the previous owner DO to crack a rim? Now I’m worried…

Nous avons trainé dans Magadan juste assez longtemps pour remplir le réservoir d’eau, faire le plein d’essence et faire des courses (ce n’était pas donne). Nous sommes à court de temps sur notre visa et nous devons retracer tout le chemin jusqu’à Irkoutsk afin de réparer la voiture à nouveau. Les pneus arrière ont été changés. Ce qui est «drôle» avec les voitures d’occasion, c’est que, lentement, on découvre les problèmes laissées par les anciens propriétaires. Il s’est avéré que la jante de rechange est fissurée et ne retient pas l’air. Nous avons réussi à trouver un soudeur pour régler le problème, mais la question c’est… qu’est-ce que le propriétaire précédent a bien pu faire pour casser une jante ? Maintenant, je suis inquiet …

Publicités

2 réflexions sur “Magadan or Megadeath?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s