Turkey part 3: Greeting from Black Sea/Turquie 3ème partie: Salutations depuis la mer noire

Visit from 3rd to 6th June

Visite du 3 au 6 juin

Each traveller evaluates the countries he visits by his own unique criterion.

Chaque voyageur a ses propres critères pour évaluer un pays qu’il visite.

Chris has some particularly interesting criteria :  The quality of the pavement, the frequency of pizza, general expence of life (cheapskate !), oh yea, and sure the scenery.  But really, what drives Chris is the general capacity and responsivity of the locals when he waves at them.  You see, in France, for example people generally gawk (putain, cretain !) or at best turn their back.  However, there is a particular, salient, derivative quotient of the positive as we move eastward.  Here, on the Black Sea, in these tiny backwater fishing communities the guys are AWESOME.  Like a sphagetti-western quick draw scene, it is a sweat inducing effort to be FIRST in the wave.  And like any good sport I can admit when beat, and yes sometimes it is the bent, toothless, head-scarfed nene babushka that wins the shootout. But not always.  Sometimes pappy gets it in first, even if he is wearing his gumboots.
So here we sit in a restaurant, waiting for (wait for it….) our PIZZA (Turks call it Pide, so whatev) and Pappy, hobbling in on his gumboots, just comes up and says hello  (I guess) while shaking my hand.  Shot in the heart…   Yea, and that Pide ?  Was just Awesome too.

Chris lui aussi a les siens: La qualité des routes, la nourriture, le coût de la vie et bien sûr les paysages mais surtout et avant tout Chris en a un bien spécial à lui; il s’agit de la capacité des gens à répondre à ses salutations. Alors en France et en Europe de l’ouest les gens ont plutôt tendance à le regarder avec des yeux ronds voire à l’ignorer. Par contre en avançant vers l’est, les gens répondent de plus en plus. Mais ici au bord de la mer noire dans le coin le plus sauvage, dans ces petits villages de pêcheurs Chris a été désarçonné. C’est qu’ici les gens nous saluent avant même qu’il ait pu dire ouf. Dans un petit resto où nous nous sommes installés, un vieux monsieur qui avait du mal à marcher avec sa canne est arrivé au resto pour venir nous dire bonjour et serré la main de Chris puis il est reparti.

We trundle along, 25kph, up and down and left and right as we jig and jog along the cliffs of Black Sea coast (Think Cabot Trail x 10).  Steep hills, we are blowing black exhaust everywhere.  We pull in to a clearing to the beach, having made 200kms for all day’s worth of exhaust soot.  Exhausted in every sense of the word and what ?  Nene comes by to welcome us …blablabla stream of words that have no meaning to us.  A tirade for what seems hours. At least she is smiling and slapping her thighs, it MUST be funny. They leave us in peace just long enough to prepare supper then ANOTHER Nene just pulls open the door and thrusts at us a bucket of fresh picked cherries.  With a slam of the door she is off, hot gumbootin’ it home.  The kids giggling along in her skirts…

La côte entre Amasra et un peu avant Sinop est très belle et sauvage. Nous nous sommes arrêtés pour une nuit dans un petit village de pêcheurs. Une dame, sa fille, ses petits enfants et un monsieur sont de suite venus nous accueillir et essayer d’engager la conversation. La barrière de la langue ne les a pas rebutés. C’est ensuite un groupe d’enfants qui a tourné autour de Biscotte. Puis un Monsieur tout heureux de me dire quelques mots en Français. Une autre dame entourée de tout plein d’enfants est alors venue nous offrir des cerises.

The next day we kick off, sucking wind a the thought of another long day, and in a blink of an eye, this tiny joyful route, scenic and dotted with bedraggled fishing communities, gumboots and Pappy’s and Nene’s and cherries turns into a 4-lane restricted access superhighway and this day we pile up 750 kms.  Make your comment on development here.  We pull into the Monastery of Sumela – a rock built superstructure stuck on the side of a rock cliff.  Bummer it is closed and we cannot visit, but the view is astounding.

Malheureusement la petite route au bord de la mer s’est brusquement transformé en route de 4 voies de type national 7 sans aucun charme et avec d’énormes immeubles affreux quasiment non stop jusqu’ à la frontière géorgienne. Nous avons fait un dernier détour au monastère de Sümela en rénovation et impossible de visiter avant de la traverser.

 

Publicités

2 réflexions sur “Turkey part 3: Greeting from Black Sea/Turquie 3ème partie: Salutations depuis la mer noire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s