The road to Tusheti, Georgia/La route de Tusheti, Géorgie

Visit from 12th to 14th of June 2016

Visite du 12 au 14 juin 2016

Oh my God.  Enough is enough of the Monasteries.  We need some less humbling, more striking adventure.  So we gas up, stop at a random roadside stall for veggies and make our way up and up and up towards the Abano Pass.
We proceed slowly and cautiously, because this time the danger-factor has not been exaggerated.  We climb and switchback and ford and butt-clench the adverse slopes.  A 50 km road takes us 10kph, ouf.  On our way up we meet Ewan, on his kitted out Suzuki 400.  He tried last week but between the road closure (snow) and the volume of booze thrust at him along the way, he had to turn back.  He nods his head, yea sure you should make it just fine…   A few minutes later, a VW T5 comes scrambling down, the German couple telling us that it is impossible for us and our big van.  Bah!  The road climbs at a shocking upward angle, like we are preparing to jet to the moon, the switchbacks require a two-point turn to pull it off.  It has been raining for almost a week, so lots of landslides and periodically we drop a rear wheel in the void.

Après ces visites de monastères il est temps pour nous d’un peu d’aventures. La route de Tusheti doit être ce qu’il nous faut. Nous avons des provisions, de l’eau et de l’essence. On est prêt mais pas vraiment sûr de ce qu’il nous attend. Nous avançons tranquillement. La route n’est rapidement plus goudronnée. Nous rencontrons Ewan, un motard écossais qui avait déjà fait une partie de la route auparavant mais s’étant fait stoppé par des géorgiens au bord de la route et  invité à boire le chacha, avait prudemment fait demi-tour et le revoilà aujourd’hui. Il nous dit que nous devrions passer avec Biscotte. On continue. On commence à monter en altitude et à prendre des virages en épingle à cheveux très serrés. La route est parfois très étroite et vertigineuse. On rencontre un couple d’allemand qui est très septique sur le fait que nous pouvons atteindre le village. On verra bien, on fera demi-tour si nécessaire.


On the way up, are all the vehicles heading down.  The great majority of them are the MitsuDelica (which brings back our fondest memories of Bip-Bip).  Each meeting is a gesture-centric discussion of just WHO has to back up to the ‘wide spot’ so the cars can pass.

On croise peu de voitures peut-être une dizaine toutes 4×4 très souvent des Mitsubishi delica (Comme notre Bip Bip qui nous a fait traverser les Amériques!). La route étant étroite parfois même très étroite le croisement peut être délicat et sujet à manœuvre et marche arrière.

The cows are left behind, and the herds of sheep are now the big PITA for driving.  On the way up we see ONE house – and the old guy is leaning on his fence smiling at us….

Des troupeaux de moutons nous coupent parfois le passage. Ils partent en transhumance pour l’été. Nous croisons une unique maison où vit un monsieur qui nous salut.

Finally we make the pass – in the clouds and hail.  The scenery is majestic…white and impossible to see more than a few meters.  The snow has been cut and the snowbanks are taller than biscotte (3.4m) and we tunnel our way down and down back and fourth and then over the bridge and up and up and up again to our final destination of Omalo.

Nous atteignons enfin le col à 2900 mètres, il y a de la neige et une vue spectaculaire sur la chaine de montagnes. Il fait froid mais nous sommes heureux et stressés! Ce n’est pas fini, il nous faut redescendre l’autre versant de la montagne puis remonter un autre pour arriver à Omalo.Toujours lentement et bien concentrés, au bord de la route des mémoriaux nous rappellent que des gens ont loupé des virages…

Less than 10km to go, we are stopped.  A mudslide from all the rain has caused a very short 100m section to be soft and squishy and sure enough there is a DELICA stuck deep in it.  We try to pull him out (he has no rope, no shovel, and summer tires…local guy) but there is no way.  Another manly Georgian comes along with a rope and he wants us to run-and-jerk the Delica.  No way Jose, We’re not built for this, and besides I am not interested in breaking my Biscotte for this wanker.  We rejig the cars (3 cars do 100m reverse through the mudslide to the widespot, and another manly Georgian pulls his (summer tires) Jeep into place and yanks and yanks and pulls off his bumper, but the Delica is out!  We drive through leisurely in 4×4 low diff lock and there is no drama (lots of huge eyes and hanging mouths from the manly Georgians)

Plus que 10 km à faire. Un glissement de terrain a rendu 100 mètres de la route glissant et molle et bien sûr un 4×4 est embourbé devant nous. Biscotte fait de son mieux pour l’aider mais impossible. Une petite queue se forme derrière nous, un petit troupeau se forme autour pour prendre des photos de l’événement. Peu de personnes par contre pour mettre la main à la pâte et essayer de sortir la voiture de la boue. Un des quidams prend enfin la décision d’utiliser sa voiture pour désembourber l’autre. Il y a arrive mais il y a cassé son pare-choc. On peut enfin passer. Biscotte y passe sans problème…

Not much further along is another mudslide area.  And sure enough, one of our colleagues Mr Toyota Landcruiser 78 is ass deep in the mud (summer tires!).  The nearby bulldozer backs into place and yanks him out.  Now we have Georgians and tourists lined up on both sides of the road, with the bulldozer driver waving and gesticulating and pointing me the way….we drive through slowly and gently and drama-free.  The bulldozer driver looks me in the eye as I pass him as he balances one-footed on a clod of mud and lifts his eyebrows, and I just shrug and wave nicely.  Baby has new shoes and despite our 3.5 tonnes, we clearly shock and awe the crowd. Damn I am as impressed as he is over my Iglhaut 4×4 system, but I cannot let HIM know, right?

Plus loin, même histoire avec une autre voiture qui celle-ci devra faire appel à un bulldozer. Des géorgiens se mettent sur les deux côté de la route afin de guider les voitures. Ils s’excitent autour de nous, plus à droite plus à gauche vas-y vas-y !!!!  Biscotte fait deux pas chassés avec ses nouvelles ballerines et le tour est joué, tous les mecs sont bouche-bée. On est passé sans aucune difficulté avec nos 3,5 tonnes !

Finally, we start to see tiny ‘villages’ perched on the hillsides.  We wonder how they got there…and why?  We arrive at Omalo and it is located in a bowl surrounded by towering snow-capped mountains.  It is quite a Tibetan Shangri-La, but I am exhausted from the effort and worry of breaking my Biscotte.  We find a flats pot that is not inundated and soggy and climb into bed.  It was an all-day 50 km effort but the sky is clear and cold and the stars are out, tomorrow should be just glorious.

On commence à apercevoir des villages très isolés en haut des montagnes. On se demande s’il y a des routes qui permettent d’y accéder !?! On arrive enfin à Omalo, c’est magnifique. Chris est exténué de la conduite et du stress d’abîmer Biscotte. On s’installe et on s’endort sous un grand ciel étoilé. Demain devrait être merveilleux.

Publicités

7 réflexions sur “The road to Tusheti, Georgia/La route de Tusheti, Géorgie

  1. Quelle super aventure ! Heureusement que les nouvelles ballerines de Biscotte sont bien adaptées et ne la font pas souffrir !

    Bises à vous…sans oublier Super Biscotte

    Télécharger Outlook for Android

  2. quels paysages! un film,superbe, sur les routes de Sibérie et la vie en plein hiver au bord du lac Baikal m’a fait songé à vos aventures, musu

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s