Georgia part 3: Of cops and beaches/Géorgie 3ème partie: Des flics et des plages

Visit from 16th to 23rd of June 2016

Visite du 16 au 23 juin 2016

We left our Russian Transit Visa with the ‘Swiss Section’ and took off since were told to ‘get lost’ for the next 14 days.  Looking for ways to kill this time, and having it up to here with monasteries and churches, and enough 4×4 excitement to adrenaline-kill a horse (Tusheti Road) we decided to head to the beach.  So westward to the Black Sea.
Cops are everywhere (in North American Ford cop-cars) and yet the locals drive like insane madmen.  Rules are irrelevant and for sure the lines on the road are only for show and not for substance.  Speed limits are for the weak, as is driving sober (Georgian law, BAC 0%0 – hah!), and tire-smoking doughnuts are de rigeur.Where are the cops when you need them? I’ll tell you – Arresting tourists. Well I did break the law so I paid up.  But the solid line I crossed to pass a poor rattletrap truck (after the two OTHER cars I was following -I got THAT gem on the dash video) was enough to get me a stop and a fine.  Are YOU KIDDING ME?

Avant de pouvoir récupérer nos visas transit pour la Russie, il nous restait encore une dizaine de jours à tuer. Nous avions eu notre dose de monastères et avions eu suffisamment d’adrénaline avec la route de Tusheti. Le temps commençait à s’améliorer alors nous avons pensé tout naturellement passer quelques jours sur la plage. On est parti direction l’ouest vers la mer noire.  La police semble omniprésente en Géorgie mais cela n’empêche pas les gens de conduire comme des dératés. Ils ne respectent aucune règle: doublement par la gauche par la droite, conduite bourré (selon la loi géorgienne aucun gramme dans le sang n’est toléré pour conduire !), dépassement des limites de vitesse sans compter ceux qui s’amusent à faire du rodéo sur les petites routes et  parking… Tout ça pour en arriver au fait que nous nous sommes pris une prune pour avoir doublé sur une ligne blanche continue. Nous n’avons pas contesté, pris l’amende et payé dans une banque. Nous ressentons juste  une sorte de frustration intense.

 

 

IMG-20160627-WA0001
Fine/Amende  (50 Lari=20 euros)

We stopped for the night in Gori village, the birthplace of the Mr Nice-Guy-Of-All-Time Stalin.  We slept parking next to the Stalin museum (while busted down fiats named Ladas, bondo filled BMWs and MBs turned the triangular route around the ‘park’ into a defacto racetrack, VroomVroom).  We wonder this time just WHERE are the Cops???  Our visit to the museum, a must-do, showed off his little wooden shack in a marble Greek-style temple in a Stalin-esque situation where the rest of the neighbourhood is now parkland.  The Georgians know how to celebrate success.

Petite étape à Gori ville où est né Stalin dans lequel il y a un énorme musée sur lui et où la maison dans laquelle il est né est protégée sous un abri de marbre et dont tout le quartier autour a été rasé. Il n’aurait pas tué quelques personnes ce mec là ???

Westward ho, and we finally bonked into the black seashore at Poti.  We climb onto the sand in 4×4 and install ourselves facing the sea, surrounded by garbage.  Surprisingly so, as the rest of the country seems relatively controlled on the garbage front, and despite the crew of garbage pickers in their green-flo vests trying to keep ahead of the tide.  That was disappointing, but more so since…can you feel it coming?…the COPs showed up and kicked us out.  They were nice about it, I suppose, and even took time to get me in photo with one, each one, and one last one for all photos.  Think we were in Hollywood.  Eyes blinking from all the flashes, they escorted us 10km southward to another beach, telling us, that HERE would be safer and ok to camp for the night.  Here, between this pile of garbage, this busted down house and this other pile of garbage, the busted up dog (bones sticking out of its skin all healed like that), the donkey and the 4 goats.  Until…wait for it…. the NEXT set of Cops showed up.  Blablabla ok ok fine, I get it.  I am outta here.  A couple of kms later we pitched up on what appears to be a common parking lot for the locals to access (the garbage strewn) beach.  I do my English, Turkish, Georgian Google Translate dance to the neighbour and am told, Nyet Problem to stay here for the night.  Its almost dark anyways so we go into lockdown and call it a night.  Next morning is a Sunday so for us its ‘pancake day’ but the local boys pitch up in Biscotte’s shadow and settle into 5l of beer in plastic cups with the music on their busted up Audi pumping 70’s disco.  I’m invited for a beer (you gotta be kidding me, I’m not drinking beer from a used 5l water bottle).  The Cops come by, and again and again and each time we are ready to bolt…but this time seems to be Nyet Problem or so we presume as they have not yet stopped to talk to us.  The 5l bottle of beer is empty and the cups still remain in place in the shadow of Biscotte, but the car the music and the boys are gone (note the themes?).  The sun is setting and now the problem is that the Cops do a drive-by each and every hour of the night – probably to be nice to us, protect us, rock us to sleep.  Yet it sufficiently impedes sleeping all the flashing lights and high beams so really, not much real sleeping going on.

Nous avons finalement atteint Poti. Nous ne nous sommes pas donné la peine de visiter la ville et avons directement pris la direction de la plage. Déception totale: c’est une poubelle géante. Il y a cela étant dit une dizaine de personnes sur la plage en train de ramasser les déchets. D’autant plus étonnant que le reste du pays est propre. Il y a des voitures de policiers qui passent de temps en temps mais personne ne nous dit rien. Ça se complique le deuxième jour. Deux pick up s’arrêtent 4 flics plutôt sympas nous expliquent via une traductrice par téléphone que c’est dangereux et que nous ne pouvons pas rester. Quelques selfies plus tard pris par les flics un par un avec Chris et Biscotte en arrière plan et une discussion limitée à ‘what is your name ?’, ils nous escortent dans la ville voisine et nous disent ici‘niet problem’! On se fait une petite place entre les ordures, on mange et une heure plus tard les flics de cette autre commune, nous font aussi comprendre de partir plus loin. Nous voilà donc dans une plage plus loin dans laquelle on s’installe paisiblement avec un bon pressentiment. Chris parle au voisin, pas de problème, pas de flic, personne sur la plage.  Nuit tranquille. Troisième nuit, c’est dimanche les gens viennent avec leurs bidons de 5 litres de bière s’installent, boivent, mangent, mettent la musique et repartent en laissant leur déchets. Chris se fait inviter à boire un verre mais non merci (leçon apprise enRussie…). Toute la journée les flics font des allers retours sur la plage jusqu’à minuit alors qu’à partir de 21h30 nous étions les seuls, peut-être ont-ils continué dans la nuit !?! On s’est endormi… On se demande si la police aurait quelconque responsabilité s il nous arrivait quelque chose?

So back to Tbilisi to recover our passports and GTFO of here, enough of Georgia.  Its now hitting 30 degrees and the sun is packing heat.  Fanny is waltzing (hobbling more like) around town in her hiking boots as she is recovering from twisting her ankle a week or so ago.  We were lucky to find the ‘free parking’ next to the Courthouse which is agreeably supervised, and agreeably located right next to ‘old Tbilisi’ agreeably close to BEER and a famous ice cream shop.

Plus que quelques jours à attendre, escale à la ville souterraine d‘Uplistsikhe et visite de Tbilisi. Il commence à faire plus d’une trentaine de degrés, je me balade avec mes chaussures de marche de montagne à cause de ma patte abîmée et me sens comme Josiane Balasko coincée dans ses chaussures de ski dans les bronzés. Donc visite sans forcer mais je dois admettre qu’il n’était pas désagréable de flâner dans la vielle ville, d’autant plus qu’on a trouvé un parking surveillé et gratuit!

 

Visas in hand…its FRIDAY…we are pumped and bust our way out of Tbilisi for the Georgian Military Highway (a long awaited anticipation) and Russia.  Kazakhstan and Central Asia here we come… or maybe not? Ask a cop, standby…

Le lendemain visas en main et prêt à prendre le chemin vers l’ancienne route militaire. Kazakhstan et asie du Central nous voilà!   ou pas!  Les choses se sont compliquées. Est-ce la fin du voyage ? A suivre…

Publicités

2 réflexions sur “Georgia part 3: Of cops and beaches/Géorgie 3ème partie: Des flics et des plages

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s